MXVOICE SESSIONS #10 : LUIGI SEGUY

LuigiMXON01

Lorsqu’on en vient à parler de Luigi SEGUY un mot revient tout de suite très vite, c’est le mot « Coeur ».. Et cela tombe sous le sens, car si on devait résumer Luigi en quelques mots ce serait « un Coeur GROS comme ça ».. 

Parce qu’il est comme ça Luigi, « il donnerait sa chemise » à n’importe qui, enfin presque..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Luigi, que deviens-tu..?

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Hé bien écoute je m’occupe de quelques jeunes Pilotes, j’organise des stages de temps en temps.. En fait c’est un copain et le fils d’un copain, on travaille le physique durant l’hiver ensemble et si cela se passe bien l’un des deux attaquera la Ligue.. À côté de cela je travaille à mon compte dans le Bâtiment..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Quels types d’entraînements leurs proposes-tu, c’est du style « Jean-Jacques BRUNO » avec pas mal de physique et beaucoup de roulage ou c’est complètement différent..?

LuigiEliteYam 

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : En ce qui me concerne c’est 50/50, physique et roulage.. On dégrossit pendant 4-5 mois sur le physique, on commence d’ailleurs dans 10 jours..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Est-ce que tu penses qu’aujourd’hui, bientôt en 2018, on peut avoir des Ambitions en Motocross seulement avec du Talent et sans travailler le physique..?

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : C’est à dire que comme disait Vuillemin, il a pas tort d’un côté, un Pilote qui ne fait jamais de physique et qui ne sait pas trop rouler en Motocross, il n’a pas d’intérêt à faire du physique, je comprends ce qu’il veut dire.. Un Pilote qui ne va pas vite en Moto, il est plus important qu’il travaille sa vitesse avant de travailler son physique.. Moi les Pilotes avec qui je travaille savent déjà bien rouler mais il est certain qu’à un moment où un autre il faudra travailler le physique..

LuigiYellowYam

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Ce qu’on constate en Mondial MX2, c’est que pas mal de jeunes Pilotes sont limites à l’agonie à la fin de la deuxième manche, c’est normal..?

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Si tu veux, je pense que ce n’est plus la même génération qu’on a connue avec les Pichon, Tortelli etc.. Pour moi, le gros souci, c’est qu’ils ne se « font pas mal ».. Moi je sais qu’à leur âge, je me mettais à 200 % à l’entraînement et à 400 % lors des manches.. L’entraînement que j’avais effectué l’hiver me permettait déjà de ne pas me doper..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Tu dis « sans me doper » cela veut dire que certains prenaient des produits..??

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : À oui c’est sûr.. Je ne citerai pas de noms mais il y en a qui prenaient le choix de « la facilité »..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : En GP’s ou en Elite..?

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Partout, parce qu’il prennent la facilité de prendre de la coke ou d’autres produits parce qu’ils savent très bien que ça va les exciter et qu’ils vont tenir grâce à ça.. Tu sais, pour tricher tout est bon, moi j’étais « anti-ça » de part mon éducation, ma façon d’être.. Moi, ça, je ne peux pas l’admettre.. Mais je sais qu’il y en a beaucoup qui choisissent la facilité.. À l’époque à laquelle je roulais cela se faisait déjà et aujourd’hui lorsque je vois les jeunes je pense qu’ils ne sont pas vaillants, qu’ils n’ont pas « faim », ils ne veulent pas « se faire mal ».. Je préfère avoir affaire à la rigueur à un mec qui travaille, plutôt qu’un qui est doué parce que le mec qui travaille, un jour où l’autre, il récoltera les fruits de son travail.. Alors que le mec doué va se reposer sur ses lauriers..

LuigiPodium

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Cela reste un Tabou dans le Motocross le fait de parler de dopage..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Oui mais, soyons clairs.. Par exemple « un Stefan EVERTS », « dopé ou pas dopé », cela reste un très très Bon Pilote.. Cela dépend de quel Pilote on peut dire : « celui-là il se dope ou pas », mais je peux te dire que j’ai vu plein de choses qui n’étaient pas correctes.. Moi, à l’époque, je me disais pendant l’hiver : « il va falloir que je travaille deux fois plus qu’eux physiquement pour « tenir ma manche » »..

Luigi125

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Après les produits qui viennent du vélo et il y a aussi des pratiques qui touchent à l’oxygénation du sang mais qui ne relèvent pas du dopage..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Oui, cela à l’époque n’était pas considéré comme dopant, aujourd’hui ils le reconnaissent.. Il fallait quand même avoir l’estomac parce que tu devais aller t’entraîner pendant trois semaines à Font-Romeu, t’entraîner comme un malade, te prélever le sang, le congeler, et lorsqu’en pleine saison il faisait plus chaud, les mecs se le réinjectait avant la manche.. Et ça, j’en connais beaucoup qui le faisait.. J’ai su qu’il y avait un Pilote italien qui y venait par exemple..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Encore une fois cela reste un vrai Tabou de parler de ça..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Ça reste un Tabou tant que tu ne balances pas, moi je ne balance pas, c’est juste que je te dis il y a du dopage en Motocross c’est tout.. Moi j’ai vu et je suis fier de le dire parce que je suis net là-dessus.. Moi, on peut prendre toutes mes ordonnances au niveau sanguin depuis le début de ma Carrière, je suis allé au laboratoire et rien n’a été trouvé.. Lorsque j’allais au contrôle anti-dopage les mecs te faisaient « pisser » dans un récipient et au début ils ne te regardent pas et à un moment donné tu es tellement déshydraté après une manche que tu n’arrives pas à fournir assez de liquide.. Sauf que tout le monde avait déjà « donné le liquide » mais moi j’étais le seul à ne pas y arriver.. Mais à l’époque je remplissais avec de l’eau du robinet pour compléter et les contrôleurs me disaient « ce n’est pas grave ».. Donc dans ces conditions il était facile de tricher et quand je voyais ça j’étais écoeuré.. Quand je venais aux contrôles anti-dopage, j’y allais sans ordonnance et je peux te dire que les autres en avaient un paquet et je sais qui venait avec des ordonnances, c’était pratiquement tous ceux qui m’entouraient..

LuigiPortrait

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Je suis toujours surpris de constater que tel Pilote en GP’s aujourd’hui, qui à l’air pourtant prêt physiquement, a du mal à terminer ses manches..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Il faut dire aussi qu’aujourd’hui les Motos sont plus légères et physiquement il faut vraiment être au Top et rouler à la vitesse à laquelle cela roule, car cela demande de s’entraîner encore plus dur, je parle des Pilotes qui roulent devant.. Moi je te dis les mecs qui roulent devant, il y en a c’est clair et d’autres pas..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Il semble également que des différences subsistent entre certaines Motos comme les KTM..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Cela a toujours été le cas, lorsque j’ai arrêté ma Carrière c’était en 2001 à Gaildorf, je devais signé avec KTM mais j’ai refusé, je préférais rester dans mon Team parce que je ne voulais pas recevoir d’ordre et être mon propre patron sur la machine.. J’ai donc refusé beaucoup d’argent pour aller rouler chez KTM, l’année d’après je me suis cassé le genou et déjà à l’époque ça commençait avec les 125 KTM de Rattray, Townley, les Motos c’était des bombes quoi.. Lors de la finale à Ernée pendant laquelle Everts avait gagné dans les 3 Catégories, le seul Pilote à avoir fait un Podium contre les 250 qui à l’époque étaient déjà presque des Motos d’Usine, c’était Chiodi avec Everts devant les Pilotes KTM de l’époque.. Les Motos étaient déjà fortes mais quand tu vois les moyens qu’ils ont mis après 2001, il était normal que les Machines fassent un bon en avant.. Toutefois, de nos jours, toutes les Motos marchent vraiment bien, surtout la Suzuki 450 2018 de ce que j’en sais..

LuigiGPdeFRancePod

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : Aujourd’hui tu penses qu’un Pilote Professionnel utilise combien de pourcents de sa Moto d’Usine en GP’s..? 

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Un Pilote comme Herlings ou Cairoli roule sur des Motos que personne ne pourra s’acheter, sur ces Motos il y a beaucoup de travail en amont.. Mais tu peux déjà ; avec une Moto bien préparée niveau moteur et avec des suspensions d’Usine par exemple ; rouler avec les meilleurs..  Lorsque j’ai été avec Thorpe, la première année ça s’est bien passé et l’année suivante il a été cherché un Pilote américain.. Sur le contrat je ne savais pas ce que ça voulait dire et c’est là que j’ai tout compris.. À l’entraînement j’étais plus fort que l’américain mais quand j’arrivais en course ma Moto ne marchait jamais bien.. Donc on me payait pour « rester derrière en fait ».. Quand j’ai vu ça, j’ai été dégoûté, je voulais même arrêter la Moto, mais j’ai eu la chance que Jean-Claude Olivier de Yamaha Motor France m’aide, en fait mon père lui a dit « Si on gagne une course, vous l’aiderez..? » et JCO lui a répondu « Oui »..

Jérôme FARAILL / MXVOICE.RACING : J’ai le sentiment qu’en 2017 si on regarde l’Élite ou les GP’s, il y a un vide de Talents en ce qui concerne la toute nouvelle génération, je me trompe peut-être..

Luigi « BAMMMM' » SEGUY : Il y a eu trop de choses qui ont bouleversé le Motocross ces dernières années.. Aujourd’hui c’est le pouvoir de l’argent, mais de l’argent il n’y en a plus dans le Motocross.. C’est à dire qu’à part les 3-4-5 premiers, il n’y a plus d’argent.. Quand je vois de « pauvres Pilotes » comme Teillet se sentir mieux dans une structure qu’il a monté que dans une structure où il roule « seulement » comme Pilote, c’est qu’il y a une raison, il y a un truc qui cloche.. Il faut voir l’argent qu’ils mangent chaque année.. Quand tu vois Mickaël Pichon qui veut monter sa propre structure, c’est quand même « Mickaël Pichon », tu te dis qu’il n’y a plus d’argent dans le Motocross.. C’est dommage parce que cela altère l’image de notre Sport alors que celui-ci commençait à devenir bien.. Cela reste toujours un Sport « médiatique » mais il y a  des Marques qui se retirent, il y a plein de choses qui ne vont plus.. Je pense que cela a changé lorsque moi et les Pilotes de ma génération on a arrêté de rouler.. Luongo c’est un ami, je le connais bien, je ne veux pas dire de mal de lui, mais lorsqu’on roulait le Championnat du Monde c’était ouvert à tout le monde, aujourd’hui c’est un cercle restreint.. Le Pilote qui roule super vite chez lui n’a pas le droit de faire le Championnat du Monde parce qu’il n’est pas dans un Team.. Quand tu vois que via le jeu des wild cards lors d’un GP du Qatar tu trouves des « pilotes » qui prennent 2 ou 4 tours par les premiers, on est là dans le pouvoir de l’argent c’est tout.. Et maintenant tu n’as plus que 20 Pilotes, en ligue ils sont 40 (!).. Lors de ma génération de Pilotes, lorsque tu étais français et qu’il y avait un GP près de chez toi, tu étais autorisé à faire les qualifications, et quand ils te payaient cela te donnait 1 000 francs suisses.. 1000 francs suisses cela te finançait déjà tes frais pour aller sur le GP..  Elle est passée où cette stratégie..?? La stratégie, c’est qu’aujourd’hui pour rouler dans un Team il faut presque que tu sois milliardaire et donner 10 000 Euros pour rouler..  Cela me dégoûte.. Soit tu es le fils à papa et tu as un peu d’argent tu donnes 20 000 ou 30 000 Euros à un Team et tu pourras rouler la saison prochaine en Mondial, soit tu oublies.. Ce qui ne va pas non plus c’est que je vois arriver des gamins qui ont tout, des lignes de pots, des équipements mais tout ça sans un brin de physique.. Moi à 42 ans je fais du vélo et je les casse tous en deux..! Même mon fils qui est mon fils, qui est doué dans tout ce qu’il fait, il a tout ce qu’il veut mais il ne veut pas « se faire mal ».. Ce sont des enfants qui sont trop « protégés » je pense.. Moi la Moto je ne savais pas la régler, Mickaël Pichon, lui, était un bon metteur au point.. J’utilisais presque 30 ou 40 % de force physique en plus que lui pour passer avec ma Moto dans le même trou.. Alors, à force de manger de la terre des roues arrières, j’ai enfin réussi à régler ma Moto, bon c’était peut-être à la fin de ma Carrière (sourires..), mais maintenant je sais régler ma Machine.. J’ai eu aussi la Chance d’avoir l’oeil extérieur de mon père pour m’indiquer les points qui n’allaient pas.. En même temps, il faudrait peut-être que les jeunes aillent louer à plusieurs un appartement à Lommel  comme les Pourcel le faisaient pendant 3 ou 4 mois et en ressortir meilleur sur cette surface.. Moi je n’avais pas de sable, j’allais à Mont-de-Marsan, il y avait une piste de sable là-bas, et je faisais 2 manches de 40 minutes.. J’enlevais le casque, je remettais de l’essence, et je repartais.. Je faisais 600 kms aller-retour pour aller m’entraîner tous les 2 jours..

PS : Luigi tenait à remercier un certain Laurent Pidoux..

Vous pouvez contacter Luigi pour tout stage par mail à : luigi.seguy@orange.fr ou sur sa page Facebook.. Vous pouvez également le contacter via l’espace d’MXVOICE en cliquant sur ce lien  Contact 

ThanksLuigi

(Exclusive Interview © 2017 MXVOICE.RACING, Photos : Yamaha Racing et Facebook Luigi SEGUY, MERCI pour tout Luigi..)

FXMOTORS.FR Partenaire Passion d’MXVOICE.RACING..

nouveau-logo-fx-motors-big

Une réflexion sur “MXVOICE SESSIONS #10 : LUIGI SEGUY

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.